Anarchy - BLKFLG
92%Note finale
Global Score92%
0%
Avis des lecteurs 1 Avis
74%

Scénarisation, sur-communication travaillée à la pointe du couteau et du teasing, beaucoup de teasing. Anarchy débarque le vent en poupe avec son deuxième album Major (Avex). Les fans des débuts ont eu peur. Le rappeur japonais qui avait raflé le titre du meilleur album hip-hop 2007 avec son premier skeud  Rob the World  serait-il tombé dans la machine ? Une machine sale qui font de nos meilleurs artistes des pantins, balançant des jingles mainstream plutôt que de proposer ce que l’on appel plus communément de la musique ?

Il n’en est rien de tout ça. La communication était à la hauteur de la pointure, l’album est à la hauteur de nos espérances. Tout y était, le concept du « Black Flag » comme fer de lance, un movie trailer , « The Anarchy Files » en veux-tu en voilà, la couv’ de certains tabloïd spé, une édition limitée de l’album, des shows live et un clip totalement flashé à l’autotunes qui aurait pu en effrayer plus d’un. Avex n’a pas déconné et a chéri son poulain du rap japonais. La qualité est au rendez-vous.

Du rap japonais, du pur et dur.

Et pour cause, le MC de Kyoto nous propose un album hors-pair. Même si ce dernier intone parfois moins street et underground que ses précédents albums indé, on est bien loin de basculer dans une merde sous protéine de Pop-urbaine et d’auto-tune peroxydé, on écoute bien du rap japonais, du pur et dur. Le peu d’autotunes présent sur チェインギャング (Chaingang), le titre qui servira la promo, est contrôlé et utilisé à bon escient sur un morceau mystique mais idéal pour la com’.

Un gang de beatmaker à la prod’

Par-dessus tout ça, la force de cet album est le gang de beatmaker qui l’escorte. Des plus connus comme Cookin Soul et Shimi et Chiva from Buzzer Beats for D.O.C aux plus mystiques et inattendus comme LisaChris ou le vrombissant Chaki Zulu, un album riche et puissant est là. S’appuyant sur des productions impeccable, Anarchy s’impose avec une rythmique et un flow insatiable.

Par-delà de tous ces louanges on reste néanmoins sur notre faim face aux feat proposés. Avec seulement deux titre partagés – avec Crazyboy  (Hellarich) et Johnny & YDizzy  (No fear)- cette coopération néante pour un skeud major nous laisse un petit goût amer. Surtout quand on connait l’animal, habitué à kicker sec sur des prods en feat avec des gueules bien taillées comme Osrozorus, Kohh, Naughty et Ryuzo. Une déception qui ne vient cependant pas gâcher la fête sur un album complet et équilibré de haut en bas.

Pour ce second coup d’essai en Major, Anarchy reste impeccable. Pas mal de sueurs froides ont dû couler à la vue des teasings commerciaux jusqu’à la sortie dans les bacs, mais ce qui compte ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. Il est cinglant et efficace. Anarchy conforte sa place de killer dans le game du rap japonais. Tout le monde y trouvera son compte et les fans du début ne seront pas laissé pour compte.

 


Anarchy – BLKFLGcouverture de l'album de rap japonais blkflg par Anarchy

Date de sortie : 6 juillet 2016
Genre : Rap japonais /Hip-hop/ J-HipHop
Label : CLOUD9CLIQUE / Avex group