Un visage de poupon, une expression inexistante et une créativité hors norme. Izumi Miyazaki fait de cet acte dénué de sens qu’est le selfie un travail photographique inexplicable. Cette photographe japonaise surprend sa non expression dans des photomontages aussi étranges qu’intrigants. Un portfolio que l’on consulte avec addiction sans pouvoir mettre de mots sur un art de la composition aussi incohérent que travaillé.

Alors qu’on dit que le visage et l’image de l’âme, quand est-il pour un visage qui semble dépourvu d’âme ?

Izumi Miyazaki est connue et reconnue pour son Tumblr. Cette jeune photographe japonaise de 22 ans maîtrise l’art du selfie comme pas beaucoup d’autres. “Bizarre”, “curieuse”, “étrange”… on ne tarit pas d’éloge pour caractériser son travail. La recette est pourtant simple, elle se prend en photo, dépourvue de toutes expressions. Elle redécoupe tout ça sur Photoshop, et la voilà mis en scène d’une manière déconcertante dont seul elle à le secret. Un regard vide, une coupe au carré classique et pas un rictus. Ses photos qui ne reflètent rien sont envoûtantes. Comme un petit fantôme pas bien méchant, qui aurait été pris sur le vif, elle apparaît dans des situations cocasses. Créativité hors norme, coup de génie ou coup de bol ?

Le coup de bol d’abord. C’est par pur hasard que Izumi Miyazaki s’inscrit au club photo alors qu’elle à 15 ans, sa mère voulait qu’elle se trouve une activité.
Elle se fait ensuite la main sur le Pentax de son grand-père, fière d’être la seule à la maison à savoir l’utiliser. Et elle s’amuse. Elle s’amuse si bien qu’elle va prolonger le plaisir en entrant à l’université d’art de Musashino.

izumi-miyazaki-sol

La photographe japonaise pousse l’art du selfie à son paroxysme

Le coup de génie ensuite. La jeune photographe japonaise se joue de son Tumblr sous les conseil d’un de ses prof et va pousser l’art du selfie à son paroxysme. Elle le pousse tellement loin que l’expression de “selfie” n’est même plus appropriée. Elle se met en scène, se duplique, se miniaturise, s’auto-surprend.

Elle tranche des photos sombres et froides avec ses tenues hautes en couleurs et un “truc” bizarre, comme si elle n’avait rien à faire sur ces photos. Le génie est là, elle fait ce que personne n’attend : un dinosaure et un flan qui la surplombe, une main armée d’un ciseaux qui lui coupe la frange, un ciel de nuit qui se reflète dans sa bouche plutôt que dans ses yeux livides. Ses autoportraits son si surprenants que l’on ne juge même pas son travail. Il n’y a rien à juger car il n’y a aucune comparaison. C’est un OVNI photographique et c’est bien comme ça. Ses photos ne sont pas la critique de quoi que ce soit et n’engagent  rien. Ce sont juste des photos et c’est de cela qu’elle s’amuse.

photomontage de la photographe japonaise izumi miyazaki la montrant la tête entre deux tranches de pain

Entre Hitchcock et Magritte, une créativité authentique et candide

Enfin une créativité hors norme. Se jouer de l’autoportrait sans s’essouffler n’est pas donné à tous le monde. La créativité de Izumi Miyazaki est authentique et candide. On ne retrouve son travail nulle part ailleurs. Alors que dans un interview donné en 2015 elle souligne son affection pour le travail de René Magritte et Alex Prager, elle s’enivre aussi de l’univers Lynchien et Hitchcockien. Pour notre part, ses portraits si froids et loufoques nous rappels les vieux films étranges de Sono Sion et la froideur pâle du coréen Park Chan Wook.

Ce troisième point semble cependant causer défaut à cette as du selfie contourné. La créativité de Izumi Miyazaki semble s’être arrêtée tout net. Une mauvaise réflexion d’un de ses professeurs d’art à l’égard de son travail en serait la cause. Après l’explosion de son Tumblr en moins de 2 ans, elle ne publie plus rien.

Considérant que l’on ne vit pas de la photo, elle déclare dans un entretient avec Libération vouloir retrouver sa place dans les rangs rigides de la nation japonaise, dans la fonction publique. Son Tumblr devient inerte. Elle continue son travail de photographe mais le garde pour elle et ne publie plus. A la surprise de tous, elle revient discrètement poster ici et là quelques unes de ses œuvres. Puis le froid revient et plus rien depuis le début de l’année 2016.

Izumi Miyazaki n’a pourtant pas coupée avec la photographie puisqu’elle s’expose encore, parfois en Europe. La communication sur les réseaux sociaux est pour le moment laissée de côté. Reste plus qu’à attendre de se faire à nouveau surprendre par son retour d’abord, par ses nouveaux travaux ensuite.

izumi miyazaki perché en haut d'un nori

composition de photo par izumi miyazaki

photo de izumi miyazaki allongé au sol

izumi miyazaki posant la main sur le visage de son double
selfied e izumi miyazaki pendant qu'elle mange une pomme

photomontage de la photographe japonaise izumi miyazaki

composition par la photographe izumi miyazaki

la photographe du japon izumi miyazaki la tete coupée en deux

photo de la japonaise izumi miyazaki

Voir toutes ses photos

Crédit photo : Izumi Miyazaki


Izumi Miyazaki

Tumblr / Facebook

 

Vous en voulez encore ? Découvre le travail du photographe japonais Tatsuo Suzuki qui rend la ville de Tokyo plus inquiétante que jamais.