La prostitution au Japon. Un sujet brut qui nécessite que l’on s’y attarde. Le Japon brille de sa communauté, le japonais est propre, il respectueux et porte une grande attention à son image. Un déshonore serait si vite arrivé. Mais le Japon reste malgré tout un pays très controversé, et une certaine omniprésence de la prostitution dans certains quartiers très fréquenté fait partie de cette controverse. Pourquoi ce pays aux valeurs aussi intègrent ne s’offusque pas d’un tel phénomène ? Une jeune japonaise nous donne son avis sur la question.

À mon retour du Japon, je vais à la rencontre de Yuka, une Japonaise d’une vingtaine d’années, originaire de Shibuya et vivant actuellement à Paris. En discutant de mon voyage, je lui pose plusieurs questions à propos de certaines choses que j’ai pu voir ici et là en arpentant les rues Tokyoïtes. Et bien sûr, je lui évoque mon interrogation à propos de ce paradoxe permanent entre un respect omniprésent des règles et de « ça », presque aux yeux de tous, la prostitution. Au Japon, elle est là, mais on s’en fout tous un peu. C’est interdit, on s’en doute, mais bon, c’est ici, c’est comme ça, et c’est tout. Elle me raconte alors que plus jeune, elle a failli essayer ce « job ».

J’ai en tête l’image d’un coin un peu excentré de Shinjuku avec une rue où des jeunes filles en tenue d’écolière étaient toutes alignées et tendaient le bras pour distribuer des paquets de mouchoirs à certains passants. Je t’avoue que ça avait l’air un peu louche comme plan … Tu m’expliques ce qu’elles font en fait ?

Toutes ces filles qui donnent des mouchoirs font de la pub, du racolage. La distribution de mouchoirs est très fréquente pour faire de la pub au Japon ! Mais, les filles dont tu me parles ne font pas juste de la pub, elles racolent. Elles n’incitent pas forcément les clients à venir, elles cherchent surtout des filles à démarcher.

Des filles, pas des clients ?

Oui oui des filles ! Ce qu’elles recherchent, ce sont des nouvelles jeunes filles pour venir travailler dans le club pour lequel elles travaillent. Tu sais, avec une amie, nous avons été intéressés par ce genre de plan par le passé car ce que proposent ces filles, c’est de venir essayer travailler dans le club pour une journée, sans contrat.
Après avoir reçu les mouchoirs, nous avons voulu en savoir plus et voir ce qu’il en était vraiment. Nous avions entendu dire que ce genre de choses étaient bien payées, mais nous n’y connaissions rien, du coup on est allé voir.

Nous avons été reçu par un type plutôt bourru, un yakuza. Il était plutôt flippant. Il nous a expliqué que la première journée était sans contrat, juste un essai. Les prix étaient attractifs, entre 2000 et 3000 yens de l’heure pour les hostess clubs, ce qui est juste énorme pour un étudiant !

Et donc il s’agissait que de hostess clubs, et il n’était pas question de prostitution ?

Bien sûr que si ! L’idée était de nous attraper dans un premier temps avec ce genre de bons plans. Crois-moi, il nous a rapidement confié que si nous voulions plus d’argent, toujours sur ce même principe, une journée d’essai pouvait être convenue pour être plus qu’hostess. Et ce coup-ci, il nous garantissait au moins 5000 yens de l’heure !

Et donc, vous avez fait quoi ? Vous avez tenté le coup ?

Bien sûr que non ! Je flippais surtout de l’endroit où j’étais et c’était totalement impossible pour moi de faire ça, même à 5000 yens de l’heure ! Hostess, c’était une chose. Il suffit de tenir compagnie à des hommes et de boire un verre avec eux autour d’une table. Mais se prostituer, c’était hors de question pour moi.

Ouais j’imagine, du coup toi et ta copine avez abandonné l’idée au final ?

Pour moi c’était déjà tout fait, je voulais partir d’ici ! Mais ma copine était tout de même intéressée ! Ça ne lui faisait pas si peur que ça ! Elle qui n’était pourtant pas ce genre de fille !

Sérieux, elle était vraiment intéressée par ce genre de choses ? Comment en est-elle arrivée à penser ça ?

C’est simple tu sais, et j’imagine que c’est pareil pour toutes les autres jeunes filles ! Le mec nous parlait ici que d’une seule journée. Et c’est ce qui intéresse les filles. Dis-toi bien qu’au Japon, les étudiants n’ont pas beaucoup d’argent, 5000 yens de l’heure c’est juste énorme. Alors après tout, si ce n’est que pour un jour, les filles ferment les yeux et le font pour avoir cette argent.

Mais tu sais, ils sont très malins ! Pour te rassurer, ils te demandent ta carte étudiante afin de savoir d’où tu proviens, et de quelle université tu es. Et ils t’assurent qu’aucun étudiant de ton université ne te sera proposé comme client. Que tu ne crains rien, et que personne ne le saura. Alors certaines acceptent.

Ouais, les types ont pensé à tout. Mais cette histoire d’un jour d’essai, ça signifie qu’autrement il s’agit de contrats plus longs ?

Oui c’est ça. Si tu acceptes de travailler en tant qu’hostess ou prostituée, tu dois respecter un contrat avec eux. C’est pour ça que travailler qu’un seul jour représente une “chance” pour les filles. Elles n’ont aucune obligation après cette journée, et elle se font un peu d’argent rapidement. Et pour les clubs, ça leur permet d’avoir plein de filles différentes.

Mais en fait ce n’est même pas rentable, puisque durant cette journée d’essai, il te prête les costumes ou autres accessoires pour faire ton travail d’hostess, et à la fin de la journée, ils te déduisent sous forme de taxes la location du matériel qu’ils t’ont prêté. Parfois même ils te déduisent de ce qu’ils te doivent des trucs sans que tu saches vraiment ce que c’est. Et dis-toi que tu te fais à peine la moitié de ce que tu devais gagner initialement… En gros, ils t’arnaquent.

Ouais, ils sont obligé à rien de toute façon… Et du coup, lorsque tu signes un contrat, tu dois le respecter pour combien de temps ?

Je ne saurais pas te dire de combien de temps sont ces contrats. Mais ainsi, tu dois chaque semaine noter sur un planning les jours où tu seras là pour faire le job. Et si tu ne le fais pas, ou si tu es absente, tu dois leur payer une “amende” et cela coûte très chère ! Même si tu es malade ou autre, tu ne peux pas donner d’excuses. Tu dois juste payer pour rembourser le fait que tu ne sois pas venue. Ça peut monter entre 20 000 et 30 000 yens, c’est énorme !

Ha ouais, ils trouvent toujours un moyen de se faire du fric. Et si tu arrêtes de venir, il se passe quoi ?

Honnêtement, j’en sais rien dans ces cas-là, mais j’imagine que ça doit pas super bien se passer…

Mais ce genre de choses touche que les étudiantes en fin de compte ?

Non non pas du tout, tu sais beaucoup de femmes le font. Des nanas qui ont un travail la journée mais arrondissent les fins de mois en travaillant dans les hostess clubs, en se prostituant ou bien en faisant des vidéos X. Parfois c’est même des femmes mariées. C’est un phénomène assez étrange, car c’est quelque chose d’assez fréquent.

Ha carrément ? Mais pourquoi ont-elles besoin de faire ça si elles sont mariées ou ont un travail ?

Bah devine ? Pour l’argent, c’est tout ! Pour pouvoir dire au travail : “Regardez ma nouvelle bague, regardez mon nouveau sac Louis Vuitton…”. Tout ça pour pouvoir montrer qu’on a mieux que les autres, qu’on gagne beaucoup d’argent. Parfois même, certaines femmes font ce genre de choses pour gagner assez d’argent et ensuite, aller tout claquer dans des host clubs.

Haha, c’est un cercle vertueux. L’argent va du hostess clubs aux host clubs en gros… Mais les femmes mariées ou celles qui travaillent n’ont pas de problèmes avec ça ?

Si bien sûr, il y a plein de problèmes à cause de ça, car forcément il arrive que certaines de ces femmes se fassent repérer par leurs maris, leurs collègues ou même leurs amis. Que ce soit dans les hostess clubs, ou encore pire dans les films pornographiques. T’imagines bien qu’avec les vidéos, ces femmes finissent par se faire reconnaître un moment ou un autre. Alors forcément ça pose des problèmes au travail ou au sein des couples.

C’est marrant, on peut très souvent trouver sur Yahoo des forums de discussions dans lesquels des hommes ou des femmes qui posent des questions du genre “J’ai vu la femme d’un ami ici” ou bien “J’ai vu une collègue là-bas, qu’est-ce que je dois faire ?”

Tout cela au final pour pouvoir ensuite avoir un moment pour elle et se faire chouchouter par des hommes toute une soirée. Tu sais, les femmes sont assez oppressées au Japon, alors pour certaines avoir des hommes à leurs bottes ça n’a pas de prix…