Yoshi-sodeoka

Si vous avez envie de découvrir ce que donne un grand coup de pompe de Peter Pan dans le bras (cf: le manga Ultra Heaven), les pupilles dilatées, le corps suspendu au rebord de votre canapé, Yoshihide Sodeoka est votre homme. Un viol cérébral en bon et due forme.

Rétrospective sur un stimulateur névralgique

Né à Hiroshima, il grandit à Yokohama. Papa, maman mettent à la disposition du gamin un tuteur pour s’occuper de lui, l’encadrer et lui apprendre un tas de trucs cools (ouais, ça se fait au Japon ). Il a la chance de tomber sur un type qui n’est pas là pour lui apprendre des conneries en mathématiques, ni sur autre chose d’ailleurs. Comme une bonne grosse soufflette dans la gueule, il lui insuffle l’art sous toutes ces formes. Ça en fait un rejeton créatif qui ne jure que par l’art et tant mieux pour nos mirettes.

En 1990, il s’évade aux Etats-Unis. Après s’être fait recalé au RISD (école de design de Rhode Island et à Parsons, the New School for Design (école de design de Greenwich, NY) parce qu’il était tout pourri en anglais. Il intègre le Pratt Institute de Brooklyn (école privé multidisciplinaire) un peu par défaut, mais il le vit bien faut croire, vu ce qu’il nous pond aujourd’hui, ça ne lui a pas bouffé son inspiration psyché et tromboscopique, si ce n’est l’inverse.

Yoshi-sodeoka (2)

Art, gif, viol, motion design, flash,codéine, musique, chatbot, botox cérébral.

Voilà. Prenez tous ces mots précédemment cités et démerdez-vous. Il y a nulle part par où commencer. YS a une tendance touche à tout, sauf à ce que les autres touchent. Il fait de la musique dans le style punk rock, psyché, bruyante et pas vraiment recommandée aux migraineux. Il a bossé pour la mode en réalisant quelques estampes pour des magazines comme “Sandro Paris” et le magazine “WAD”, et a vendu son âme au monde de la publicité en bossant entre autre pour Nike, MTV et Apple. Mais il est surtout connu pour ces putains de putains de créations graphiques et Fred. Oui, Fred.

Synthétiseur sous le bras, caméscope pourri, et mélangeur Panasonic des années 90, ce savant fou ne travaille pas avec du matos à faire bander un ado fan de nouvelles technologies. Et c’est cela qui fait son envergure et donne du caché à son travail. Un peu d’After Effect ici et là, mais pas de quoi s’enflammer. Il n’empêche que la plupart de ses réalisations graphiques sont bluffantes. On parle ici de réalisations plutôt variées. On ne s’attarde pas juste sur 2 ou 3 clips vidéo pour les publicités, le panel du bonhomme est plus large. Que ce soit des GIF, des vidéos, ou même des albums visuels (un délire sous psychotrope ça aussi), son art reste impeccable. Ses créations parlent d’elle-même, pas besoin d’épiloguer plus en fantasmant sur la tendance créative de cet autiste savant.

Yoshi-sodeoka img 2

 Le vif du sujet

Yoshihide Sedeoka, distributeur de GIF animés.

Je ne vous parle pas de GIF de merde qu’on avait sur Msn en 2000. Je vous parle de GIF comme forme d’art, forme d’expression, et plus communément comme beauté psychédélique. A chaque création, il nous y prend. Ses travaux se déclinent sous deux formes, les GIF purs qui bougent tout seuls, et les pages web dynamiques, qui sont plutôt étranges quand même.

Deux types de collection rassemblent ses compositions. La sélection “GIF Psychedelica” et la “13 compositions”. L’une, vous l’aurait comprise, est bien psyché, multicolore et rend fou toute personne normalement composée, une fois être resté toute une après-midi à les regarder en continu. L’autre est un peu moins psyché (elle l’est toujours je vous rassure) mais un peu plus, disons… constructive.

“GIF Psychedelica”                                            “13 compositions”

 

Prototype #44 : Net Pirate Number Station.

Comme cité précédemment, des pages dynamiques créées par l’artiste, constituées de certains GIFs, représentent aussi une de ses nombreuses formes d’expressions. Toujours dans un esprit bien louche, elles représentent des mises en situation. Prototype #44 : Net Pirate Number Station en est une. Et elle est bien délirante. Pour ne pas vous gâcher le plaisir d’y accéder par vous-même, voici quelques lignes d’introduction de cette page foireuse :

“Welcome to our Net Pirate Number Station.
If you are a drug dealer or the agent of a national security group or of some kind of watchdog group or human rights organization or if you are a practicing socialist/communist spy, you are in the wrong place. You will be disappointed and should leave now.

Otherwise, if you are just a plain person, welcome. We are happy to have you here.
This “Introduction” page will be your guide to our site. We know you have questions. Everyone has questions. Whenever we invite someone to listen to our station, the questions start pretty fast. So let’s get to them now.”

_________________________________________________________________________________________

“Bienvenue à notre Net Pirate Number Station.
Si vous êtes un trafiquant de drogue ou l’agent d’un groupe de sécurité nationale ou d’une sorte de groupe de surveillance ou d’une organisation des droits de l’homme ou si vous pratiquez de l’espionnage socialiste / communiste, vous êtes au mauvais endroit. Vous serez déçus et vous devriez partir sur le champs.

Sinon, si vous êtes juste une personne ordinaire, bienvenue. Nous sommes heureux de vous avoir ici.
Cette page d’ “Introduction” sera votre guide à notre site. Nous savons que vous avez des questions. Tout le monde a des questions. Chaque fois que nous invitons quelqu’un pour écouter notre station, les questions fusent. Alors passons-y maintenant.”

Prototype #44 : Net Pirate Number Station 

Yoshihide Sedeoka, distributeur de vidéos retourneuses de cervelles.

On y arrive. Elles sont le point culminant des créations de l’artiste, celles que l’on remarque et que l’on redemande. Et il y en a tellement qu’on ne sait pas vraiment par où commencer. Sans suivre une réelle logique entre elles, ses créations sont soit des créations simples et uniques, de simples vidéos qui donnent des nausées de plaisir. Soit ce sont des albums visuels. Le principe est simple, un peu comme “Interstella” des Daft’. C’est un album qui se mate en vidéo, alliant la puissance centrifugeuse et vertigineuse de ses montages vidéo, à l’enivrement et l’assourdissement perpétuelle que l’on doit à ses musiques bien trop originales pour nous, pauvres occidentaux que nous sommes.

Dans une de ses interview, YS raconte qu’il ne sait pas vraiment ce qui lui passe par la tête quand il monte ses compositions, il les fait, c’est tout. Une alliance de trucs qu’il trouve cool et qu’il a envie de développer un peu plus. Avec plus d’une quarantaine de créations à son actif. En voici deux :

[su_vimeo url=”http://vimeo.com/7628740″ width=”320″ height=”200″]

[su_vimeo url=”http://vimeo.com/55695372″ width=”320″ height=”200″]

Undervolt & Co.

YS fait parti d’un collectif d’artistes assez étranges : Undervolt & Co. Label pour les artistes de la vidéo expérimentale. Le but de ce label étant de permettre à tous les artistes de la vidéo expérimentale de contourner l’absence ou le manque d’intérêt pour les institutions, les galeries et autres qui sont, ma foi, pas fort capables d’entretenir cette partie du monde audiovisuelle indépendante. C’est sous ce label qu’est produit l’album audiovisuel de l’artiste en question : Distorsion III. Une production de 19 min, dont voici le trailer :

[su_vimeo url=”http://vimeo.com/75523270″ width=”320″ height=”200″]

Ah et Fred.

Bah, c’est Fred quoi. Il est alcoolique, il fait des tractions des fois, fume par la fenêtre de son immeuble, et s’endort devant la télé. Il parle aussi, il est bavard Fred, il vous tient compagnie dans vos longues soirées d’hiver. Oui Fred est le Siry de l’année 1998. Fred est un chatterbot, un personnage avec lequel on pouvait discuter, grâce à une reconnaissance de mots clés. A la tronche Old school, jeu rétro style amiga tout pourri, Fred avait l’air d’un type cool. Dommage pour nous, ce petit log créé par Sodeoka n’est plus accessible. Et ça n’a rien à voir avec ses créations graphiques qui tuent, mais il pue tellement l’originalité ce pauvre Fred que j’étais obligé de vous en parler.

Yoshide Sodeoka FRED

Références à lire également : The Creators Project / But does it float / Triangulation